Découverte d’un univers parallèle !

« Ne sors pas de la maison Alizée, il y a un shooting dans la rue ! » Et vous pensez que j’ai compris quoi moi après avoir reçu ce message, armée de mon plus bel anglais ? Mon cerveau monoglotte a d’abord pensé qu’une quinzaine de mannequins défilaient joyeusement sur Pacific avenue sur un fond de Jingle Bell Rock. Plus sérieusement, j’étais à mille lieues de m’imaginer qu’une fusillade était en train de prospérer dans mon quartier. Bon j’ai vite compris, après avoir ouvert la porte d’entrée, que les deux hélicoptères, les dizaines de voitures de police qui se hâtaient au loin en faisant retentir leurs sirènes ainsi que les nombreux agents postés à chaque coin de rues n’étaient pas là pour la dernière collection automne-hiver mais bien pour une fusillade. 

Impossible de récupérer les enfants à l’école. Dans ces circonstances les établissements ferment leurs portes préservant en leur sein la précieuse progéniture américaine tandis qu’aucun parent, grands-parents ou autre super-nanny ne peut tenter de pénétrer ce lieu d’apprentissages devenu forteresse.

Partant, je vous laisse imaginer la scène qui se jouait sous mes yeux ébahis. Elle était digne des plus grandes parties de GTA (les inconditionnels de la Play2 savent). Beaucoup de bruit,  une atmosphère oppressante doublée d’incompréhension. On ne savait pas si les auteurs avaient été arrêtés, si il y avait des otages ou des victimes. Malgré tout, j’ai trouvé que les gens que je croisais dans la rue sur le chemin de l’école étaient étrangement résignés, impassibles. Lorsque j’en ai discuté avec la famille plus tard j’ai compris qu’ici la population était « habituée ». Par exemple c’était la deuxième fusillade en deux mois. Bienvenue au pays où les lobbies sont rois et où le fait de porter une arme est un droit constitutionnel… Au final, nous avons appris que c’était une attaque antisémite. Un couple posté dans une fourgonnette avait prémédité de sévir dans une petite épicerie du quartier. Six personnes ont péri dans cette folie meurtrière avant que le FBI n’ôte à son tour la vie aux assassins. 

Bien que ce début de semaine ait été placé sous le signe du deuil et du recueillement la vie a suivi son cours à Jersey City. Le mercredi soir c’était le spectacle de l’école de Camille (8 ans) et je peux vous dire qu’en France on est loin du compte niveau fête de Noël à l’école. Les amis, ils ont une scène digne d’High School Musical à côté de leurs salles de classe ! J’ai adoré découvrir cet univers que je ne connaissais qu’à travers les séries américaines.

Ensuite il a fallu amener Louise (11 ans) à son cours de patin sur glace. J’en ai évidemment profité pour aller m’étaler briller sur la glace et prendre une leçon d’équilibre par des hockeyeurs en couche culotte. 

Aucun enfant n’a été blessé dans la réalisation de cette figure, I promise !

Déjà la fin de la semaine arrivait et le vendredi soir j’ai découvert un univers parallèle.  Ashanti, une collègue au pair rencontrée ici avait un plan pour sortir. Le projet était de se rendre dans un restaurant dans l’Upper East Side (quartier de Manhattan)  puis de poursuivre la soirée dans la boîte située au sous sol ; le tout sans débourser un seul dollar. A la lecture de cette proposition et compte tenu de la localisation de l’événement, je me suis demandée à quel moment il faudrait donner un rein en contrepartie.  Ashanti et moi avons finalement décidé d’écouter notre curiosité instinct et nous nous sommes rendues à cette soirée. Nous y avons découvert un magnifique restaurant italien dans lequel était réservée une table pour dix convives. Après la farandole de pizzas, pâtes, saumons, poulets parmesan et autres plats délicieusement méditerranéens  nous avons pris la direction du lieu de perdition au sous sol. Là, nous était réservé un carré VIP (very important pétasses ?) à côté du DJ. Le concept en réalité c’est que les boîtes payent des promoteurs afin que ces derniers ramènent du monde pour que les soirées commencent plus tôt et donc qu’elles soient plus rentables.  Il y a donc littéralement des personnes dans un autre monde pour qui les weekends riment avec restaus et soirées à volonté et moi je ne suis au courant que maintenant ?! 

Le samedi j’ai de nouveau arpenté les rues de Manhattan pour rejoindre des amis sudistes venus passer quelques jours à NyC depuis Montréal.  C’était le week-end du Santacon (Santa Claus Convention) à New-York. Pour cette occasion tous les jeunes de la ville sont déguisés dans l’esprit de Noël ce qui visiblement leur donne une excuse supplémentaire pour épuiser tous les bars de la ville dès le début de la journée jusqu’au bout de la nuit. Après tout nous sommes bel et bien dans « la ville qui ne dort jamais » ! Nous n’avions pas été prévenus du dress code mais bon ça ne nous a pas empêché d’aller partager bières et tacos dans un chouette mexicain.  

Where is Brian Zizou ?

Alors que le week-end prenait fin, je suis allée expier tous mes pêchés de l’avant veille à la messe avec ma nouvelle famille. Au delà des croyances, je trouve toujours génial de pouvoir découvrir comment ça se passe à l’étranger. Ensuite, nous avons célébré les 9 ans de Camille et j’ai été sincèrement touchée d’être conviée à partager ce moment avec cette petite tribu et leurs amis.  

Ceci est un « brookie » : diabolique mélange d’un cookie et d’un brownie…

C’est incroyable quand j’y pense ; débarquer chez des inconnus et partager leur quotidien, apprendre à les connaître et petit à petit s’attacher à eux tout en découvrant un nouveau pays. Parfois les aléas de la vie sont magiques et laisseront dans ma mémoire des souvenirs impérissables. En parlant de magie j’ai fini le week-end sur une note sportive sur les bords de l’Hudson River où j’ai la chance de pouvoir courir en regardant Manhattan puis la Statue de la Liberté. Rien que ça ! 

Footing avec Pierre, le papa de la Tribu !

Alizée

3 commentaires sur « Découverte d’un univers parallèle ! »

  1. Je te parle pratiquement tous les jours sur Messenger mais il n’y a aucune comparaison à te lire ! Ton écriture me plaît vraiment. Une chose à te dire : en même temps que tu améliores ton anglais, essaie de ne plus faire de fautes d’orthographe en français ! 😉🥰

    J'aime

  2. Chère Alizée,

    J’ai vraiment trop rigolé. J’ai lu, non pas en mangeant du pop corn, mais en m’épilant. Je suis en Andorre dans un super hôtel pour les fêtes (au passage j’ai réussi l’exploit de me mettre de la crème dépilatoire dans les cheveux… non, je ne suis pas encore chauve).

    Assez parlé de ma bêtise légendaire ! Le coup du « shooting » restera dans les annales 😂🤣. Je crois qu’au delà de l’apprentissage de la vie, il s’agit là de la découverte d’un des nombreux visages de la réalité américaine. C’est une autre manière de voir les choses. Une autre culture. Après, j’ai la conviction que tout peut être utilisé comme une arme à partir du moment où on est mal intentionné. On peut commettre des crimes avec ou sans arme ! Au delà du port d’arme, je crois que c’est le manque d’éducation et de valeurs qui conduit les individus à la folie.

    Au plaisir de te lire (promis mon prochain commentaire sera plus funny 😁)

    Aurore

    Ps : « se rendre compte » est une locution verbale invariable –> pas d’accord (=rendu/rendu/rendu/renduuu 😂😂)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s