Au revoir 2019 !

Garée devant le restaurant, elle nous attendait. Une superbe limousine blanche avait été déférée pour nous afin de nous transférer du somptueux lieu de Brunch aux autres festivités qui allaient s’offrir à nous. Voilà comment ont commencé mes vacances de Noël… 

Pour te replacer le contexte, avec Ashanti (tu te souviens mon amie au pair) nous avons été invitées par le promoteur à le suivre dans une journée complète. 

Nous étions attendues à 14h dans l’Upper East Side pour partager un Brunch avec plusieurs autres convives.  Dans notre esprit nous nous rendions simplement à un de ces repas à la mode on ne peut plus classique et nous étions déjà très enchantées par cette seule perspective. Quelle ne fut pas notre surprise, une fois arrivées sur les lieux. Si les œufs brouillés, les pancakes et le Mimosa (champagne avec du jus d’orange) étaient bel et bien présents l’ambiance générale avait plutôt des aires d’un vendredi soir de pleine saison à Ibiza voyez-vous… En pénétrant dans les lieux, nous avons découvert, derrière un immense rideau noir, la salle de restaurant. Les lumières étaient tamisées, le Dj aux commandes jouait une PlayList contenant les derniers titres du moment. Dans l’euphorie générale tout le monde s’est mis à danser sur les tables. Définitivement le Brunch le plus mouvementé de ma vie ! 

Quelques heures plus tard, Ahmed (le promoteur) nous a annoncé que l’on partait pour poursuivre les festivités sur un rooftop au centre de Manhattan, le PHD. C’est à ce moment-là donc que nous avons découvert cette limousine postée devant le restaurant. Dans un premier temps nous n’étions pas au courant qu’elle était là pour nous. En la voyant je me suis donc illustrée avec l’humour incommensurable qui me caractérise tant : « Regarde Ashanti, mon chauffeur est venu me chercher ». Je vous laisse donc imaginer ma tête lorsqu’Ahmed a confirmé mon propos et nous a invitées à nous installer dans le carrosse. 

A l’intérieur, les sièges en cuir étaient mis en valeur par de nombreux néons de toutes les couleurs et les baffles intégrées diffusaient très largement de la musique. C’est dans ces conditions qu’une quinzaine d’autres chanceux et moi-même avons traversé Manhattan dans notre boîte de nuit montée sur roues. 

Le rooftop de nuit était incroyable. J’étais tellement reconnaissante de pouvoir vivre ça. Un moment dans la soirée, lorsque je me suis écartée pour admirer la vue je me suis dit que j’avais quand même beaucoup de chance de me retrouver dans un endroit pareil. Dans le même temps, je n’ai malgré tout pas pu m’empêcher de plaindre les New-Yorkais. Sur le moment je me suis dit que j’avais eu la chance de grandir à la montagne au plus près de la nature et de la liberté finalement. Mais les personnes qui sont nées à New-York ont évolué dans cette cage dorée où l’opulence et la politique de la consommation de masse impose ses diktats. J’ai alors compris que la vraie chance c’est d’avoir grandi dans mon petit havre de paix de 150 habitants car même s’il a souvent eu des aires de prison lorsque j’étais plus jeune, il me permettait aujourd’hui de profiter à fond de cette expérience aussi inédite qu’éphémère. 

La soirée s’est poursuivie et achevée avec le transfert dans deux autres boites de nuit. Je pense que l’on peut affirmer que c’est un brunch qui a  largement dérapé… 

Le dimanche je suis allée dans un quartier de Brooklyn renommé pour ses maisons décorées aux couleurs de Noël. Désolée papa mais là je dois avouer que tu vas devoir redoubler d’efforts l’année prochaine. En réalité c’est une véritable institution dans ce quartier à tel point que les habitants payent désormais des décorateurs professionnels pour s’assurer d’avoir un rendu à la hauteur. C’est tout simplement MAGIQUE ! 

Le lendemain c’était déjà la veille de Noël. Ce lundi 23 décembre 2019 marquait à jamais la fin d’une merveilleuse histoire. J’ai appris ce matin là que ma petite mémé adorée nous avait quittés dans la nuit. C’était un déchirement d’être loin des miens dans cette épreuve, d’être loin d’elle pour cet ultime au revoir. A travers ses nombreux récits elle m’a transmis sa passion pour le voyage, pour la découverte, elle qui avait parcouru le globe. Elle est désormais partie dans ce voyage éternel et je souhaite lui dédier ce billet. Parce qu’aucun jour qui passe ne l’effacera de la mémoire du temps. 

La semaine a passé et le weekend d’après j’ai décidé de partir de New-York pour me changer les idées. Avec Ashanti nous avons pris la route pour Philadelphie, la première capitale des Etats-Unis d’Amérique. C’est à environ 2h de voiture de Manhattan mais l’ambiance y est totalement différente. L’architecture est magnifique et certains quartiers donnent l’impression de sortir tout droit des vieux films américains. 

Nous avons commencé par visiter le pénitencier d’Eastern State. Il a été construit à la fin du 18e siècle pour révolutionner le monde carcéral. A l’époque les prisons américaines n’étaient que des bâtiments où étaient entassés hommes, femmes et enfants sans aucune distinction quant à leur genre ou à la nature de leur crime. Ils étaient livrés à eux-mêmes et les gardiens n’intervenaient que si la situation dégénérait trop. Sacré concept… Cette nouvelle prison avait pour objectif de mettre en œuvre l’expérience de l’isolement pour les prisonniers. Des cellules individuelles ont été construites et spécialement étudiées pour que le criminel ne puisse interagir avec personne, pas même avec le gardien qui distribuait les repas. L’idée à l’époque était que le crime résultait d’un mauvais environnement. Cette expérience cherchait alors à démontrer qu’en isolant les prisonniers, ces derniers finiraient par regretter leurs méfaits et qu’ils feraient acte de pénitence. L’expérience a quelque peu échoué puisque les Etats-Unis ont aujourd’hui la plus grande population carcérale du monde… J’espère que ce petit point histoire t’a plu. Pour l’anecdote on a pu visiter la cellule d’Al Capone, un des plus célèbres gangsters américains du 20e siècle. Alors que tout le monde pourrissait dans une cellule pour le moins épurée et dépourvue de tout confort (une cellule quoi). Monsieur vivait sa meilleure vie en prison : 

A la fin de la visite nous nous sommes dirigées vers la vieille ville et avons déjeuné au Terminal market de Philadelphie.

C’est un marché couvert dans lequel il est possible de déguster une variété indécente de spécialités américaines et du monde entier. Ô JOIE ! Nous avons terminé cette merveilleuse journée par une ballade digestive dans les différents quartiers de Philly qui ont définitivement détrôné Manhattan dans mon cœur… 

C’est sur cette semaine que s’est achevée 2019. Quelle année ! Il y a un an je me lançais dans la période la plus studieuse de ma vie. Je ne savais pas encore que j’allais échouer et que cet échec déboucherait sur une expérience incroyable… Merci la vie ! Je pense qu’il n’est pas trop tard pour vous souhaiter une merveilleuse année remplie d’aventures, de joie, de rires, de partage, de rencontres et d’amour. Une année dans laquelle je vous souhaite de réussir dans tout ce que vous entreprendrez. Et s’il vous arrive d’échouer, de perdre espoir ou de connaître des désillusions, je vous souhaite de trouver le courage de rebondir. Parfois les imprévus de la vie, les petits coups du destin apportent du piment dans le quotidien. Je vous embrasse ! 

Alizée 

Un commentaire sur « Au revoir 2019 ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s