Visite québécoise de mes cheums !

Il y a deux ans, après avoir obtenu mon Master II en Droit et après avoir passé une année assez compliquée je décidais pour la première fois de réellement m’écouter. Je rêvais depuis de longues années de voyager. Mais pas seulement du voyage de quinze jours à l’occasion duquel tu n’as absolument pas le temps de t’imprégner de l’atmosphère et de la culture du pays. Je souhaitais réellement partir VIVRE à l’étranger. Expérimenter un nouveau quotidien, de nouvelles coutumes, un nouveau rythme. Dans un coin de ma tête je priais pour que cette première expérience soit au Canada. 

En y repensant, je ne peux m’empêchait d’affirmer que la vie est merveilleusement bien faite.  A partir du moment où je me suis autorisée à croire en ce rêve et mettre tout en œuvre pour qu’il se réalise les choses se sont naturellement débloquées. Ca paraissait si facile ! 

Un jour du mois de juin 2017 mon père est rentré d’un événement en Vallée d’Ossau et m’a annoncé qu’il avait rencontré un couple au parcours de vie incroyable. Brigitte revenait de plusieurs années en tant que Directrice d’école en Autriche puis au Canada tandis que Jean-Alain était Magistrat.  Papa me racontait avoir longuement échangé avec eux et avoir glissé à l’occasion que je n’avais qu’une idée en tête c’était de prendre mes cliques et mes claques et partir. Brigitte avait alors rétorqué qu’elle connaissait la Directrice de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française au Canada (CCIFC) et que cette dernière recherchait une Coordinatrice des Évènements pour seconder la Responsable du service. C’est donc tout naturellement et sans la moindre compétence en évènementiel (ça compte l’organisation des fêtes de Lourdios ou pas ?) que j’avais postulé. Après deux entretiens skype et moultes démarches administratives pour mon visa je m’envolais fin septembre 2017 pour 8 mois (de kiffe) à Montréal. 

Cette expérience restera indéniablement et à jamais l’une des plus belles de ma vie. J’y ai fait et découvert tellement de choses. J’ai aussi eu la chance de rencontrer des personnes incroyables, drôles, généreuses, bienveillantes. Lorsque tu vis à l’étranger les relations que tu tisses sont, en un rien de temps, très profondes et intenses (du moins entre compatriotes). Cela s’explique par le fait qu’on est tous loin de nos familles, de nos amis, de notre zone de confort. 

Durant ces quelques mois j’ai rencontré beaucoup de personnes que j’ai la chance de toujours avoir dans ma vie aujourd’hui.

Petit échantillon de la team tulipe

Parmi elles, Jérémy, Marc et Tristan (vivant toujours à Montréal) ont décidé de venir me rendre visite à Manhattan. Quelques petites présentations s’imposent : 

Jérémy est la première personne que j’ai rencontrée à Montréal. J’étais absolument sans ami(e)s lors de mes premiers jours dans la Belle Province et j’avais décidé de me rendre à une « soirée PVTistes » pour remédier rapidement à ce néant social. (Le PVT est LE visa qui te permet de voyager et travailler dans tout le pays, le Saint Graal très convoité au Canada que je n’avais pas). J’étais alors entrée dans le Patrik’s Pub avec la seule conviction qu’il fallait absolument que j’en ressorte avec des ami(e)s. Une salle avait été réservée au fond du bar pour cette petite soirée, tout le monde était assis autour des tables et personnes ne s’était préoccupé de ma présence. Personne sauf Jérémy qui a eu la grande idée ce jour-là de me faire un sourire. Je m’étais alors précipitée m’asseoir à côté de lui et c’est à partir de ce jour qu’il a fait partie intégrante de mon aventure canadienne entre soirées, week-end chalet, marathon Harry-Potter, découvertes… (Big-up à la team Tulipe). Je vous souhaite de croiser un jour  la route d’un Jérémy aussi génial que le mien.  

Marc fait également partie de la team Tulipe. Passionné de Hockey il a migré il y a plusieurs années au Canada pour vivre sa passion. C’est l’une des personnes la plus bienveillante et gentille que je connaisse. Talent sans aucune mesure pour conter les histoires les plus drôles et sosie officiel de Crush (la tortue dans Némo si t’avais pas la réf), il a également été un élément incontournable de mon aventure. 

Tristan est le sportif de la bande, finisher de nombreuses courses, triathlons, IronMan et marathons (de New-York svp), vous le trouverez toujours sur son vélo que ce soit pour se rendre au travail ou en soirée (oui car il n’est pas le dernier non plus dans ce domaine). Il est arrivé à Montréal quelques semaines avant  mon retour en France mais avec son esprit jovial et épicurien, il s’est très vite intégré à la bande. 

Ces trois joyeux lurons ont décidé, le temps d’un week-end, de venir me faire un coucou à New-York City. Et comme parfois le timing est parfait, c’est tombé pile le weekend où ma host family partait en week-end ski de telle sorte que j’ai pu les accueillir chez moi. Ils ont débarqué le vendredi soir à bord de leur pick-up fraichement loué et les hostilités américaines pouvaient commencer. 

Le samedi on a à peine exagéré en marchant environ 25 kilomètres. La journée a débuté pour nous dans les sentiers de Central Park sous une épaisse tempête de neige.  Les québécois n’étaient pas tellement dépaysés contrairement à moi qui venais de passer un week-end à Washington sous 20°c… TOUT VA BIEN ! 

Le midi je tenais à les emmener dans un endroit un peu atypique. Ce que j’adore faire par dessus tout lorsque je découvre une ville, c’est débusquer des petits endroits cachés. Je les ai donc amenés manger au Burger Joint qui est ni plus ni moins un tout petit « bouiboui » dissimulé dans un grand Palace. Il est clair que tu ne te rends pas au Burger Joint pour la qualité de la nourriture mais plus pour l’atmosphère. C’est un endroit dans son jus. On dirait que ce « restaurant » est là depuis des décennies sans que rien n’ait jamais bougé perdu au milieu d’un somptueux hôtel en plein cœur de Manhattan. 

Ensuite nous avons marché vers le Sud en direction du pont de Brooklyn tout en faisant un stop rapide dans la Grand Central Station, magnifique gare ferroviaire mondialement connue où tous les drames/ réconciliations romantiques hollywoodiens se sont joués. 

Nous nous sommes ensuite rendus au Barclays Center pour assister à la rencontre des NETS de Brooklyn contre les BUCKS de Milwaukee. C’était incroyable de voir un match de NBA et tout le show à l’américaine qui l’accompagne (même si je me suis très légèrement assoupie, je vous ai précisé qu’on avait marché plus de 20 bornes ?)

Ensuite il fallait quand même arroser célébrer nos retrouvailles. Mais avant de terminer notre soirée en boîte nous sommes allés nous restaurer au Chelsea Market. Si vous avez l’occasion de vous y arrêter un jour je recommande vraiment cet endroit. Nous y sommes arrivés un peu tard ce qui fait que beaucoup de stand étaient fermés mais sinon c’est vraiment un endroit magnifique et il y en à pour tous les goûts. D’ailleurs nous avons vécu un moment assez particulier en découvrant un nouveau concept. Tout comme il y a eu la sombre période tecktonic, il y a désormais des jeunes qui se retrouvent pour… danser en silence. Le concept est que chacun se ramène avec son casque audio et tout le monde danse avec sa propre musique dans les oreilles. Après tout… why not !  

Le lendemain sonnait déjà la fin du week-end et l’heure du départ. Nous avons partagé un dernier repas au Stardust (le restaurant/comédie musicale dont j’avais parlé dans mon premier billet). Parce que finalement, chanter tout en dégustant un burger avec de bons copains n’est-ce pas précisément ça la définition du bonheur ? 

En somme, un autre week-end absolument génial dans la ville qui ne dort jamais. Je mesure chaque jour davantage la chance que j’ai de vivre toutes ces expériences et surtout d’avoir des amis aussi géniaux prêts à se farcir 16h de voiture en deux jours pour venir me voir. Merci encore les copains, vous êtes incroyables et je vous dis à très vite ici ou ailleurs pour de nouvelles aventures !

Alizée 

4 commentaires sur « Visite québécoise de mes cheums ! »

  1. C’est super, Alizée! je te reconnais bien là et te suis à fond. Si ce que nous vivons ne nous plaît pas : 3 choix
    – râler et pester que la vie est vraiment injuste, courber l’échine var décidément je suis nulle et rien de bon pour moi en ce bas monde
    – le chemin de l’acceptation, se différencier de l’ego et découvrir ce qui se trame derrière les apparences
    – changer de route, s’expérimenter hors de nos sentiers battus ce qui libère un bel espace de liberté, permet d’être soi et non juste un ego sur deux pieds.
    C’est le choix que tu as fait, le choix de la jeunesse, de la vie, de la joie et de l’enthousiasme. Bravo, continue!
    bizz de chez les confinés qui en profitent bien!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s